Musique en Cour

6 août 2022 Concert , Événement

Profitez d’un véritable écrin, au pied de la tour de Constance dans la cour d’honneur des Tours et remparts d’Aigues-Mortes, pour un rendez-vous musical incontournable !

 

De formation classique, au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, le musicien Manu Katché est promis à la noble carrière de percussionniste au sein d’un orchestre symphonique.

Probablement est-ce là l’une des causes du « son Katché » qui fait que son coup de baguette est reconnu entre mille par les mélomanes avertis. Un coup de baguette qui va le détourner du classique pour le mener au jazz puis au pop-rock.
Très vite on le retrouve, musicien de scène et de studio, aux côtés des grands Français : Goldman, Souchon, Chedid, Catherine Lara,Michel Jonasz mais il doit l’explosion de sa carrière à Peter Gabriel qui lui demande de tenir la batterie pour l’album « So ».

Certains musiciens refusent d'être rangés dans une catégorie, au risque de déranger les plus timorés. C'est le privilège de Manu, capable de brasser toutes les influences et de s'adapter à tous les styles.
Immédiatement, le son très particulier de ses drums le fait repérer par les stars du pop-rock et lui ouvre les portes des studios et grandes scènes internationales. Ainsi va-t-il enregistrer pour Joni Mitchell, Sting, Dire Straits, Tears for Fears, The Christians, Robbie Robertson, Joan Armatrading, Paul Young, Tracy Chapman, Youssou N’Dour, Pino Danielle, Simple Minds, Joe Satriani, Richard Wright sans bouder pour autant ses camarades francophones puisqu’il retrouve entre deux Véronique Sanson, Francis Cabrel, Laurent Voulzy, Stephan Eicher, Michel Petrucciani...

Salué, récompensé, autant comme musicien exceptionnel que compositeur de talent, il ne renonce jamais pour autant à ses premières amours : le jazz. En témoigne la création de son groupe « Manu Katché Tendances» en 2004, avec lequel il entreprend des tournées internationales et son appétit pour le « jazz nordique » du saxophoniste norvégien Jan Garbarek avec son album, « Neighbourhood » en 2005.

Côté reconnaissance officielle, les choses vont bon train : première Victoire de la Musique pour « Meilleurs arrangements » en 86, seconde Victoire en 87 au titre de « Meilleur musicien de studio » ; sacré « Best coming up drummer of the year » la même année par Modern Drummer, il engrange sa troisième Victoire de la Musique en 1996 pour la B.O. du film Un Indien dans la ville. En 96, c’est le Drum Festival de Montréal qui lui décerne un award, puis en 2004 c’est au tour de notre Ministre de la Culture de l’inscrire à l’ordre de Chevalier des Arts et Lettres. En dernier lieu sa création musicale pour le Musée Grévin et bientôt son effigie en cire confirme la notoriété de l’authentique personnage qu’est Manu Katché.

Se faire un nom en jouant de la batterie, c’est la prouesse réalisée par le musicien, devenu un batteur de référence, dont le groove très personnel a séduit des artistes internationaux. 

Après avoir collaboré, entre autres, avec de nombreuses stars internationales pop-rock, Manu Katché change de registre musical, et sort son 10ème album, The ScOpe. 

Avec ce nouveau disque, il réunit les racines du groove et la modernité des machines
La batterie est donc au cœur de The ScOpe, un album électro charnel, céleste et frénétique, un chapitre de rupture ou plutôt de prolongement, de plaisir et de renouvellement, ajouté à sa discographie d’expert.
« J’ai composé les morceaux autour de la batterie, et si je joue de cet instrument depuis toujours, ce n’est pas un hasard : mon papa est originaire de Côte d’Ivoire. J’avais envie de voir les gens bouger sur mes compositions, danser, chanter les gimmicks.»
Pour s’atteler à The ScOpe, Manu s’est imposé des règles d’écrivain, en studio durant des heures, avec des breaks et des tâtonnements, pour apprivoiser la page blanche. 
« Pendant ces périodes de retraite, je n’écoute pas de musique, je laisse mon esprit vagabonder et aller puiser tout au fond de moi, ensuite, je contacte des musiciens avec lesquels j’ai envie de travailler. » 

Manu Katché a conçu The ScOpe, aux accents groovy, offrant une place à la batterie, et s’appuyant sur un quartet composé notamment d’amis de longue date. 

Manu Katché, batterie - Jérôme Regard, basse - Patrick Manouguian, guitare - Elvin Galland, claviers

 

Informations pratiques

Samedi 6 août à 21h30 dans la cour d’honneur des Tours et remparts d’Aigues-Mortes.

Tarif : 20€
Gratuit jusqu’à 11 ans

Renseignements : Office de Tourisme - 04 66 53 73 00 www.ot-aiguesmortes.com 

Billetterie : 
www.ot-aiguesmortes.fr
FNAC - Géant - Système U - Intermarché
www.francebillet.com 
Sur le lieu du festival (Cour du Logis du Gouverneur) ouverture du guichet dès 19h
(Vente des billets dans la limite des places disponibles)

MenuFermer le menu